Tradition des tarots de Marseille

Un forum créé par Laurent EDOUARD et géré par Chèvre

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

A la mémoire de mon ami Jean-Claude FLORNOY. Pour vous inscrire adressez simplement votre requête à Laurent ÉDOUARD via son site ou à Chèvre, ici, en indiquant le pseudo sous lequel vous souhaitez participer.

#1 11-04-10 14:30:14

Logos Rider
Membre Maison Dieu
Date d'inscription: 11-06-09
Messages: 431

Polysémie de la Rota

Malgré d'innombrables recettes et systèmes explicatifs du Tarot, je sens de plus en plus combien l'art de lire le tarot en est indépendant. Ces systèmes sont de deux natures, ils peuvent être ou extrinsèques aux cartes, comme la kabbale, la numérologie, l'occultisme occidental du dix-neuvième siècle, les folies de Crowley et de son Thelema (copie sans scrupule du travail d'un véritable initié, François Rabelais, 16ème siècle, particulièrement les derniers chapitres de La vie très horrificque du grand Gargantua), ou ils peuvent être des systèmes d'une nature intrinsèque, exemplifiés par la tendance française contemporaine à analyser les détails graphiques d'un jeu spécifique considéré comme initiatique (le jeu de Conver, 18ème siècle, Marseille). Ces auteurs français constatent que tous les détails de ce tarot sont extrêmement significatifs. Si nous étions psychiatres, nous pourrions facilement classifier le premier groupe comme paranoïaque, et le second comme obsessif.

Le premier groupe a été suffisamment analysé par Michael Dummett, Cynthia Giles, et aussi par le Brésilien Nei Naiff ; il nous reste à faire la critique, bien que sommaire, du second. Il est à tout le moins simpliste de définir un jeu spécifique comme étant porteur d'un message initiatique, et supposer que l'ensemble de ses détails graphiques sont extrêmement importants serait justifié si la première hypothèse était confirmée, c.-à-d. que l'imprimeur Conver (et pas Dodal ou Noblet, qui avaient imprimé des jeux du même genre auparavant) était un grand initié. En fin de compte, c'est le vieux mythe à la Papus/Lévi du Tarot contenant de façon cryptée la somme totale d'une certaine sagesse initiatique. C'est encore une autre hypothèse romantique qui n'a pas été prouvée par la recherche historique.

Il est clair que les tarots de Marseille, intégrant une partie d'un jeu populaire avec des règles établies (voir le site de Jean-Claude Flornoy), contiennent une iconographie très riche en résonances intérieures pour ceux qui méditent sur elles, et pour ceux qui la contemplent. C'est effectivement une des sources de leur bonne fortune au delà du seul jeu, depuis Court de Gébelin (qui d'ailleurs n'était pas un initié). Mais inférer à partir de ça une intention x ou y, est le choix de chacun... Nous avons une énorme capacité à projeter nos propres souhaits sur ce que nous percevons, l'objet perçu est presque toujours une élaboration du sujet percevant. Quand cet objet est un symbole et pas simplement un signe, c.-à-d., quelque chose qui n'implique pas une simple dénotation mais une immense et plurielle connotation, nos projections deviennent encore plus fertiles. Ajoutez à ceci le besoin humain, trop humain (comme disait Nietzsche) de structurer le monde, d'attribuer une signification et une certaine stabilité au flux amorphe de l'existant, et nous avons tous les types d'explications systémiques de notre pauvre jeu de Tarot.

Ce qui n'est pas perçu est que ce que structure la divination, l'art mantique, est quelque chose de beaucoup plus simple, quelque chose de quasiment mathématique. Nous n'avons besoin seulement que d'éléments (cailloux, cartes, grains de café, unités astrologiques), d'un procédé combinatoire entre eux (donnant des figures géomantiques, des tirages, des cartes d'astrologie horaire), et des règles plus ou moins consensuelles sur la façon d'interpréter les éléments et les combinaisons licites (ou les familles de combinaisons).

Jung et Pauling ont approché la réponse avec leur principe de synchronicité, mais le problème est que ce principe est pour ces auteurs plutôt un postulat, une évidence. A mon avis ce principe est fondé sur autre chose, quelque chose de plus grand.

Cette chose est le Tao. Le Tarot, comme toute divination, "marche" parce que entre en communion avec le moment cosmique, le flux amorphe du monde, flux en soi exempt de n'importe quelle structure définissable. Au cœur du Tarot se trouve la magie, cette capacité que nous avons de participer consciemment au flux du monde. Consciemment, parce que nous sommes dans cette communion en permanence, même si nous l'ignorons. Ce flux, et le Tarot qui le traduit partiellement, dissout les individualités et un sens rigide de temporalité. Il y a seulement ce flux, et il n'est pas rationnel ou particulièrement compréhensible par notre esprit. La seule partie de nous qui est capable de le comprendre est le "cœur" (dans le Zen-Bouddhisme nommé cœur-Esprit), parce que ce "cœur" (ce n'est pas l'affectivité commune) est le Tout, et est le propre Esprit-de-Buddha. En ce sens, la pratique de la lecture du Tarot est une pratique Zen, et une pratique mystique et contemplative.

Maître Tokusan (742-865) est assis dans zazen au bord de la rivière. Un disciple arrive et, s'approchant, demande :
"Bonjour, maître ! Comment allez-vous ?"
Tokusan arrête son zazen et fait signe au disciple : "Venez... Venez !" Il se lève, et commence à marcher le long de la rive, lentement, silencieusement, suivant le cours des eaux...
Le disciple, à ce moment, obtient le satori, illumination suprême.

Note : Une des implications de ce que j'ai écrit est le concept des machines divinatoires, machines qui marchent même avec des opérateurs inexpérimentés qui ont superficiellement appris la signification de ses éléments et combinaisons. Nous pouvons même penser aux machines divinatoires fonctionnant sans opérateur. Tel est le cas de l'astrologie à mon avis, car ses éléments sont continuellement combinés dans le ciel sans aucun opérateur humain. Comme le grand poète portugais Fernando Pessoa a écrit, "Tout est symbole".

Note de la Note:
Mon utilisation du mot "machine" est une métaphore pour le fonctionnement de l'univers, il n'indique pas les machines à proprement parler. L'univers est une "chose" que possède l'attribut de l'autoréférence symbolique, c.-à-d., un objet donné de l'univers, sans compter son ipséité, symbolisant aussi d'autres objets ou situations dans le cosmos. Par exemple, la planète Mars est... la planète Mars elle-même, est "signe de soi-même"... Mais, à part cela, astrologiquement cette planète symbolisera un certain nombre d'autres caractéristiques dans les thèmes astrologiques de différentes personnes, elle peut indiquer des événements ou des individus particuliers. D'où la phrase de Fernando Pessoa, "Tout est symbole". D'ailleurs, il est probable que ce poète ait pris cette expression d'un rituel franc-maçon français, ce que m'a suggéré Alain Bocher. L'Univers est donc une grande maison de miroirs, composée de Monades si nous utilisons la terminologie de Leibniz (ce dernier était profondément versé en littérature ésotérique et alchimique, de même que Newton... ce n'est pas par hasard que Guénon a écrit Les Principes du Calcul Infinitésimal, montrant la base métaphysique et ésotérique de cette discipline mathématique) ; nous pouvons également recourir au vieil adage gnostique et alchimique de la Table d'Émeraude : "Ce qui est en haut est semblable à ce qui est en bas, pour accomplir la perfection de la chose unique". À chaque âge son propre langage, et c'est pourquoi j'ai usé du terme "machine", considéré dans mon contexte comme néologisme.

(source)

***

je suis bien en phase avec l'auteur... hymne à la polysémie, Charly tu n'es qu'un obsessionnel wink (oui je t'accable ^^)
ceci dit je comprends AUSSI cette recherche d'intention

je pense seulement que le TARO ne doit pas être réduit à ses noyaux sémantiques, aux "centres"
il peut s'entendre d'une infinité de manières ... et ces excentrations signifiantes tracent des lignes de sens à travers notre vie, ce qui permet d'utiliser la roue du tarot comme un véritable moteur et ordinateur de l'existence, en parallèle du travail d'objectivation du regard des pourfendeurs d'illusions que nous sommes, à travers la méditation sur les Centres

juste mon avis

Dernière modification par Logos Rider (11-04-10 18:37:35)

Hors ligne

 

#2 11-04-10 22:33:49

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Polysémie de la Rota

Il y a plein de bonnes choses en effet sur ce site et plein de moins bonnes, je songe à la présentation “médiévale” du Tarot.

Je n’ai pas trouvé de signatures aux articles, il est évident que LE ZEN ET L'ART CHEVALERESQUE DE LA LECTURE DU TAROT et les MÉDITATIONS SUR LE TAROT, n’ont pas été écrits dans le même esprit !

Le premier dit : “ Ces auteurs français constatent que tous les détails de ce tarot sont extrêmement significatifs. Si nous étions psychiatres, nous pourrions facilement classifier le premier groupe comme paranoïaque, et le second comme obsessif. “ et précise que “ il est clair que les tarots de Marseille, intégrant une partie d'un jeu populaire avec des règles établies (voir le site de Jean-Claude Flornoy), contiennent une iconographie très riche en résonances intérieures pour ceux qui méditent sur elles, et pour ceux qui la contemplent. C'est effectivement une des sources de leur bonne fortune au delà du seul jeu, depuis Court de Gébelin (qui d'ailleurs n'était pas un initié). Mais inférer à partir de ça une intention x ou y, est le choix de chacun.”

Pourquoi pas, mais je ne sais ce qu’entend par “initié” cet auteur, car Court de Gébelin fut “initié” à la loge des Neuf Soeurs. Le second texte : MÉDITATIONS SUR LE TAROT est lui d’un obsessif (rires !) “ trouveur “ de clé du Tarot : “ il appartient au aspirant de méditer profondement sur lui (le Tarot) dans ses plusieurs niveaux et clés.”
et:
“ Ce que suit est seulement une interprétation personnelle de ce qui serait une des clés du Tarot (comparez par exemple la présente étude avec l'érudite et intéressante interprétation qui fut faite après par Hervé Delboy). “

Je reconnais là un “ opératif “ lecteur des textes alchimiques modernes genre Fulcanelli/Canseliet, et le “ le bon Schwaller de Lubicz “ est cité, mais je ne reconnais nullement l’enseignement des anciens. J’avoue apprécier la richesse iconographique du site de Hervé Delboy, mais j’avoue ne pas comprendre un traitre mot de sa prose.

Je propose in-extenso le Pendu camoinesque car c’est un grand moment d’érudition :

“ Suspendu dans une perche supportée par deux bâtons qui remettent à la série ignée des Bâtons, notre Composé est immobilisé pendant qu'il reçoit la chaleur modérée d'un Soleil invisible et de douze petites branches flamboyantes. Il est entouré par son supposé gibet tout comme s'il était dans une marmite fermée. Ses pieds portent le rouge propre à la laque hermétique, en indiquant de cette manière que notre Oeuf se trouve hermétiquement fermé.
Dans ses vêtements se trouvent bien équilibrés le Bleu du Mercure, le Rouge du Soufre et le Jaune qui est typique du Composé dans cette période ou régime de Mercure. L'Arcane nous fournit charitablement par ces couleurs les proportions approximées des deux principes de l'Oeuvre, et ses jambes dessinent le quaternaire ainsi que sa veste est divisée en quatre parties. Pendu par le pied, le Pendu symbolise l'Oeuf qui ne touche pas directement aucun côté de son Nid, et reçoit de cette façon, comme Aurach le recommande, une chaleur uniforme qui lui est transmise par l'air environnant. Ses cheveux déliés, blonds et longs remettent au feu suave à la base de l'Athanor. Dans les côtés inférieurs de l'Arcane, des flammes Vertes se situent à l'intérieur de deux monticules, en indiquant que, à travers le feu ou chaleur naturelle, on excite dans cette phase le feu végétatif et secret de la Matière.”

L’auteur voit un “ désastre “ dans la Maison-Dieu qu’il considère cependant comme athanor, quant à la rosée nourissant le Soleil et la Lune, je reste dubitatif :  “ La rosée nourrit le Soleil de la même façon qu'elle nourrissait la Lune dans l'Arcane précédent, et son symbolisme est le même.”

Selon moi, cet auteur aurait du étudier des jeux anciens... et leurs “couleurs” . Mais saluons cependant son effort, car il paraît comprendre ce qu’il dit, auquel cas c’est incontestablement un maître.

juste mon avis.

C...a

Hors ligne

 

#3 11-04-10 22:52:11

Logos Rider
Membre Maison Dieu
Date d'inscription: 11-06-09
Messages: 431

Re: Polysémie de la Rota

dans les méditations, il y a du bon et du moins bon, d'après moi... c'est vrai que parfois je tirais la gueule, mais à d'autres moments ce qu'il disait confirmait certaines de mes intuitions, donc je prends... mais of course je peux me tromper

par rapport à la vision "catastrophique" de la maison-dieu, il me semble qu'il précise qu'il s'agit d'une interprétation morale, donc dégradée, non analogique... ce que j'appelle les signifiants excentrés... que je ne rejette pas

mais en effet ce genre de signifiants n'ont pas forcément leur place à l'endroit de "méditations alchimiques", je suis d'accord

par contre j'aime beaucoup ce texte là sur la polysémie, le Zen et l'art chevaleresque

Dernière modification par Logos Rider (11-04-10 22:53:45)

Hors ligne

 

#4 12-04-10 07:25:47

Chèvre
ma e baga
Date d'inscription: 24-06-09
Messages: 1641

Re: Polysémie de la Rota

« La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve » Rûmî

Hors ligne

 

#5 12-04-10 10:48:29

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1708
Site web

Re: Polysémie de la Rota

Chèvre a écrit:

« La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve » Rûmî

J'ai RÛMIné sur la question, donné un coup de bas laid, et recollé les morts sots lol

http://i60.servimg.com/u/f60/09/00/25/88/miroir11.jpg


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#6 12-04-10 10:52:22

Chèvre
ma e baga
Date d'inscription: 24-06-09
Messages: 1641

Re: Polysémie de la Rota

... qui a dit que la Vie est vile ?

Hors ligne

 

#7 12-04-10 15:39:09

Chèvre
ma e baga
Date d'inscription: 24-06-09
Messages: 1641

Re: Polysémie de la Rota

« Mais, bien que le logos soit commun à tous les hommes, ces derniers l'ignorent comme s'ils avaient chacun une intelligence propre (Fragment 2) »

« Ce monde a toujours été et il est et il sera un feu toujours vivant, s'alimentant avec mesure et s'éteignant avec mesure.»
(Fragment 30, Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 105)

« Qui se cachera du feu qui ne se couche pas ? »?

Histoire de rigoler un peu... Ces quelques (incroyables) fragments d'Heraclite

Dernière modification par Chèvre (12-04-10 15:43:25)

Hors ligne

 

#8 12-04-10 16:01:04

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Polysémie de la Rota

Et aussi : " Toutes choses se résolvent en feu et le feu se condense an toutes choses, de même que les marchandises se convertissent en or et l'or en marchandises.

( Feu Héraclite !)

Hors ligne

 


Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr
Maintenance : DR Création
Hébergement du site assuré par : DR Création