Tradition des tarots de Marseille

Un forum créé par Laurent EDOUARD et géré par Chèvre

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

A la mémoire de mon ami Jean-Claude FLORNOY. Pour vous inscrire adressez simplement votre requête à Laurent ÉDOUARD via son site ou à Chèvre, ici, en indiquant le pseudo sous lequel vous souhaitez participer.

#51 30-06-09 15:14:53

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Comme Charly j'ai tendance à voir le grand Pan dans le Diable. Mais je vous livre là une vision possible de l'envoutement (au sens des bâtisseurs). Qu'en pensez vous ?


http://i80.servimg.com/u/f80/09/00/25/88/envout10.jpg


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#52 30-06-09 15:21:30

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

et une autre version.. peinte à main levée avec le Conver dans l'autre main, en haut d'un escalier par lequel je passe chaque matin wink

http://i80.servimg.com/u/f80/09/00/25/88/diabol10.jpg


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#53 30-06-09 15:53:29

joss
Membre Soleil
Lieu: toulon var
Date d'inscription: 20-05-08
Messages: 805

Re: XV - LE DIABLE

ça m'épate ! tu as envouté la voute ! il y en a d'autres d'escaliers ?

Hors ligne

 

#54 30-06-09 16:01:22

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: XV - LE DIABLE

Super la fresque, l'idée est géniale cela te ressemble beaucoup (rires)...

A+

Hors ligne

 

#55 30-06-09 18:01:41

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Tempérance a écrit:

Super la fresque, l'idée est géniale cela te ressemble beaucoup (rires)...

A+

M'enfin... moi je ne bigle pas comme ça (rires)

Mais en ce moment tu as raison, je le vois un peu apparaître dans mes tirages, ce qui est d'ordinaire assez rare wink

Me serais-je trompé de pseudo et d'avatar ? Ah non, je crois que le Diable dont j'ai vu le pseudo ici est bien nommé hahahaha !!!


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#56 30-06-09 18:07:47

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

joss a écrit:

ça m'épate ! tu as envouté la voute ! il y en a d'autres d'escaliers ?

Non Joss pas d'autre escalier vouté, mais dans la même pièce, toujours en peinture à la fresque, j'ai peint au centre de ce mur un arbre de vie et en "pendant" du Diable l'Etoile et un oiseau très coloré ... Faut bien équilibrer l'arbre n'est-ce pas. Bien que ce diable là je le trouve plus coquin que Malin big_smile


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#57 30-06-09 18:13:02

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: XV - LE DIABLE

Bonjour

Oui, très beau ce diable, très bien pour un Pan de mur vide ! Ta maison va-t-elle ressembler un jour aux Avenières ?

Amicalement,

Charly

Hors ligne

 

#58 30-06-09 18:42:05

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: XV - LE DIABLE

Me voilà rassurée, l'étoile à tes côtés t'apporte la douceur si toutetois... et puis c'est vrai que ce diable a un air coquin que j'aime bien, il me fait penser à un clown, très original ce Monsieur l'artiste... Ce diable révèle une grande intelligence, elle est bénéfique quand elle est au service de la connaissance... alors si tu le sors dans tes tirages, je ne me fais pas de souci pour toi tu seras trouver "la force intérieure" avant de trouver "une aide extérieure"...

Ce n'est pas le sujet mais ton message sur la synchronicité me plaît beaucoup, cependant je ne crois pas au hasard... tu as raison quand tu parles de compréhension, j'ai mis du temps... heureusement Laurent E m'a aidé à saisir... depuis je reste très attentive et cela me plaît à chaque fois que j'en rencontre "une".

Je te serre la main, Tempérance

Hors ligne

 

#59 30-06-09 19:41:46

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Ah oui Charly !! Le Pan de mur ! J'adore wink

Quant à ta main Tempérance je te la cerf aussi hihi

Je suis quoiqu'il en soit assez en phase et préfère jouer sur les maux à distance avec cet arcane fluide et rafraîchissante que de faire une partie de main chaude avec le cornu !


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#60 01-07-09 11:05:20

joss
Membre Soleil
Lieu: toulon var
Date d'inscription: 20-05-08
Messages: 805

Re: XV - LE DIABLE

quel diable ce Pascal smile

Hors ligne

 

#61 01-07-09 11:19:14

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: XV - LE DIABLE

Salut Joss,

Tu l'as vu dans les cartes son prénom ? Où tu confonds avec roy de deniers ? Qu'en penses-tu ma chère ?

Hors ligne

 

#62 01-07-09 11:34:55

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Tempérance a écrit:

Salut Joss,

Tu l'as vu dans les cartes son prénom ? Où tu confonds avec roy de deniers ? Qu'en penses-tu ma chère ?

Hé oui, le diable est trompeur smilesmilesmile


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#63 01-07-09 11:41:10

joss
Membre Soleil
Lieu: toulon var
Date d'inscription: 20-05-08
Messages: 805

Re: XV - LE DIABLE

je suis désolée l'Errant,
Tempérance vient de me le faire remarquer sur msn
je me suis précipitée pour modifier ... mais trop tard tu as vu smile
je sais pourtant que Pascal est le roy de denier mais en ce moment je n'accroche pas sur les noms, je me suis aperçue que j'appelais Batelonde batelone !
des bises pour Toa
JoSs

Hors ligne

 

#64 01-07-09 11:41:36

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Tempérance a écrit:

Salut Joss,

Tu l'as vu dans les cartes son prénom ? Où tu confonds avec roy de deniers ? Qu'en penses-tu ma chère ?

A propos Tempérance.. afin d'éviter que je ne me trompe à mon tour. Ne nous connaissons nous pas pour nous être rencontrés dans le bureau d'un certain L.E. où j'étais de pas sage ?

Pour simplifier l'énigme.. tu as pu voir une de mes toiles en ces lieux, ça te permettra le rapprochement si tu es la personne à qui je pense.


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#65 01-07-09 11:56:27

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: XV - LE DIABLE

l'Errant a écrit:

Tempérance a écrit:

Salut Joss,

Tu l'as vu dans les cartes son prénom ? Où tu confonds avec roy de deniers ? Qu'en penses-tu ma chère ?

A propos Tempérance.. afin d'éviter que je ne me trompe à mon tour. Ne nous connaissons nous pas pour nous être rencontrés dans le bureau d'un certain L.E. où j'étais de pas sage ?

Pour simplifier l'énigme.. tu as pu voir une de mes toiles en ces lieux, ça te permettra le rapprochement si tu es la personne à qui je pense.

NON je ne suis pas la personne à laquelle tu penses, je le regrette bien sincèrement ou alors dans un autre lieu, ou planète qui sait !

Je te ressentais artiste bien... as-tu l'habitude "de cacher des choses" dans tes toiles de faire un travail vibratoire, je ne sais pas trop si on peut le nommer comme çà, je m'explique j'ai deux toiles d'un peintre que je n'ai pas eu encore le plaisir de rencontrer, il se trouve que je vois beaucoup de choses et lors d'un vernissage j'ai entendu parler de lui et pour moi c'est une évidence il retraduit dans ses oeuvres ce qu'il a VU (lors de sa maladie)...

Amitiés, Tempérance

Hors ligne

 

#66 01-07-09 12:08:44

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Tempérance a écrit:

Je te ressentais artiste bien... as-tu l'habitude "de cacher des choses" dans tes toiles de faire un travail vibratoire, je ne sais pas trop si on peut le nommer comme çà, je m'explique j'ai deux toiles d'un peintre que je n'ai pas eu encore le plaisir de rencontrer, il se trouve que je vois beaucoup de choses et lors d'un vernissage j'ai entendu parler de lui et pour moi c'est une évidence il retraduit dans ses oeuvres ce qu'il a VU (lors de sa maladie)...

Amitiés, Tempérance

Cacher intentionnellement ? Oui ce peut-être le cas comme la toile "Vision" qui est chez Laurent.

Faire des toiles vibratoires (ou avec une intention pour une personne) m'arrive aussi.

Autrement parfois des choses se révèlent sans qu'on les y attende. Tout dépend du sujet et de la "facture" de la toile. J'ai pris pour habitude (mais je n'ai pas peint depuis 18 mois) de partir d'une image cahotique, dans le princhpe d'une tache type Rorschah que je fais sur une feuille de papier, reportée par application sur une toile, et de laisser venir ce qui m'appararaît. La "Vision" de Laurent est arrivée comme ça.

Mais je fais aussi des toiles plus traditionnelles.

Amicalement
Jean Luc


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 

#67 01-07-09 16:41:50

Nicoleo
Membre Jugement
Lieu: Toulouse-Blagnac
Date d'inscription: 23-07-07
Messages: 1221

Re: XV - LE DIABLE

Ca y est ! je t'ai reconnu cher Jean Luc, avant même que tu signes.
Tu as une façon de parler de tes tableaux qui ne trompe pas....
Mais j'aurais dû être attentive lorsque tu as signé sur un autre post... l'Errant... des fleurs !
encore que cela avait fait tilt. Mais la chaleur de Toulouse me ramolit l'esprit. Mon ordi est en plus sous les toits...

Tu es vraiment un diablotin !
Et c'est super que tu sois là !


Amicalement. Nicoleo

La nature peut vivre sans l'homme, mais l'homme ne peut pas vivre une journée sans la nature.
(Hoàng Huong/CVN 05/08/07)

Hors ligne

 

#68 01-07-09 19:10:38

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: XV - LE DIABLE

Ma chère Nico,

Tu souffres vraiment de la chaleur car j'avais compris que le diablotin et TOI (rires)...

Bises, Tempérance

Hors ligne

 

#69 20-09-12 19:33:45

Nojamandre
Nouveau / Nouvelle
Date d'inscription: 18-12-10
Messages: 162

Re: XV - LE DIABLE

LE DIABLE, lame n°15, maître du jeu du Tarot (78->7+8=15).

Qu'est-ce que LE DIABLE, quelle est sa fonction, quelle piège tend-il, quelle solution propose t'il, voilà des questions qui me semblent pertinentes pour leur apporter des (MES) réponses.

1) Qu'est-ce que LE DIABLE?

Le Diable est celui qui détourne quoi? l'attention c'est-à-dire le joueur (LE MAT) que l'individu représente, de quoi? de la réalité (qui serait Dieu ou LA FORCE), vers quoi? lui-même qui est le maître de l'apparence.
Le DIABLE règne en disséminant le doute, ce doute qui fait perdre le sens de l'orientation au voyageur (22) qui, en se désaxant, finit par s'égarer, son seul fardeau qu'il porte étant le poids de ses décisions. Pourquoi détourne-t-il le joueur? Afin que LA FORCE l'alimente.
Le 15 est une lame collective (ainsi que de 13 à 21) car ce pouvoir d'attraction terrestre pesant vise à attirer LA FORCE dont il a besoin pour exister.

2) Quelle est la fonction du 15?

LE 15 a en charge la protection du phare, LA MAISON DIEU (16), c'est le geôlier de la prison spatio (10)-temporelle(12) dont LE MONDE est son terrain de jeu.
Le Diable règne sur l'illusion, sur l'espace (+)-temps (-) dont il inverse les polarités ce qui a pour conséquence la perte  du repère, celui de la réalité. Il brouille les cartes, au point que le joueur en vient même à douter de lui-même, de son réel potentiel.
Sa fonction consiste à tester la motivation du joueur-candidat qui déciderait de s'évader de cette prison, parce qu'il connaît parfaitement les forces et faiblesses de chaque postulant.
Le 15 inhibe la capacité d'action et de réflexion les inversant et les tenants sous sa coupe (le deux petits personnages). Il joue le rôle de l'épouvantail dans le champ afin d'effrayer les oiseaux mais en plus efficace. Il captive à la fois en exerçant une attirance hypnotique obsédante qu'en insufflant une peur paralysante. Il délivre alternativement le chaud (+) et le froid (-).

3) Quel piège tend-il?

10 – 11 – 12 ; L'espace (10) et le temps (12), qui entourent LA FORCE, constituent le piège dans lequel le joueur plonge et se retrouve pendu, esclave; les activités spatiales quotidiennes devenant une torture puisque chaque jour il faut résoudre des problèmes et ce jusqu'à la fin.
Or, LE DIABLE est beau joueur, puisqu'il ne peut embrigader personne qui ne donne son accord librement consenti, en son âme et conscience. Et LE DIABLE ne peut enfreindre cette règle, sinon son action n'aurait pas l'effet escompté. Et le 22 passe un contrat (12) avec le gardien (15)  qui l'amène à courir dans la cage à Hamster (10).

On peut lire ici et là que LE DIABLE est le méchant et l'individu serait une victime, or ce n'est pas sa fonction; le 15 ne dispose pas du quart du potentiel du 22. Le 15 gère la représentation mais il a besoin de l'énergie (11) des spectateurs (22). Or, le 22 est infini et illimité même s'il l'ignore, d'où sa quête dans ce monde, retourner à la maison (16).

Mais, puisque le 22 est un prisonnier, que se passe t'il lorsqu'il finit par s'identifier à son geôlier? Et bien, un fou disposant d'un potentiel démesuré se prenant pour LE DIABLE, ça donne des inventions de folies et absurdes comme toutes les machines de tortures (voir musée de la torture). Toutefois, il est nettement plus simple pour un 22 dont la caractéristique principale est l'irresponsabilité, d'accusé le DIABLE de tous les maux plutôt que prendre conscience de son potentiel et d'assumer ses propres responsabilités, mais là est un effet du 15 qu'utilise le 22, le détournement… mais le caractère exceptionnel du 22 lui permet à tout moment de sortir du jeu.

4) Quelle solution propose t'il?

Le 15 garde la porte et ne laisse passer que celui qui a la clef, le mot de passe, le 6 (15 -> 1+5 = 6). C'est donc une question de libre arbitre qu'il appartient à chacun de réaliser. Mais comme l'homme est encore en train de se demander s'il dispose ou non d'un libre-abrite, il n'est pas prêt de s'en sortir.

En conclusion: lorsque LE MAT rencontre LE DIABLE, rien ne va plus! Et il est fort à parier d'ailleurs, que pour "remporter" la partie il faille se confronter une dernière fois avec lui. D'où l'importance selon moi de comprendre absolument le 15 pour entrer dans la partie.

Bien entendu ce que j'écris n'engage QUE moi!

Dernière modification par Nojamandre (20-09-12 19:34:11)

Hors ligne

 

#70 20-09-12 19:58:16

Sircée
Membre Justice
Lieu: Reims
Date d'inscription: 30-09-11
Messages: 98
Site web

Re: XV - LE DIABLE

D'accord avec toi, Le Diable avec certaine association de lame, c'est entrer dans l'inconscient et/ou son côté sombre.

"En conclusion: lorsque LE MAT rencontre LE DIABLE, rien ne va plus! Et il est fort à parier d'ailleurs, que pour "remporter" la partie il faille se confronter une dernière fois avec lui. D'où l'importance selon moi de comprendre absolument le 15 pour entrer dans la partie."

Mais avec ce Diable, il y a toujours cette notion qui me vient lorsque je vois cet arcane, le Diable est aussi "Lucifer; le porteur de Lumière", et donc de la connaissance. Passons par ses travers pour être complet, et ainsi avancer.
Rien n'est blanc si il n'y a le noir, en quelque sorte.

Dernière modification par Sircée (20-09-12 20:06:43)


"Dieu a fait les hommes droits, puis les hommes ont inventé les détours"
Ecclésiaste,7.29

Hors ligne

 

#71 21-09-12 06:53:31

Nojamandre
Nouveau / Nouvelle
Date d'inscription: 18-12-10
Messages: 162

Re: XV - LE DIABLE

Sircée a écrit:

Mais avec ce Diable, il y a toujours cette notion qui me vient lorsque je vois cet arcane, le Diable est aussi "Lucifer; le porteur de Lumière", et donc de la connaissance.

Je me permets de faire deux remarques:

1) sur la carte le nom indiqué est LE DIABLE et pas autre chose, et n'y connaissant rien en religion, j'ai volontairement fait l'impasse sur les éventuelles associations d'idées servant à expliqué une chose par une autre, car au final on perd de vue le sujet donné pour en aborder un autre. Même s'il est possible de faire ce lien que tu donnes (DIABLE =LUCIFER), j'essaye de l'éviter dans la mesure du possible, pour respecter aussi mon idée selon laquelle le tarot s'explique par lui-même.

2) Lucifer; le porteur de lumière. Je dirais plutôt le "cacheur" de lumière. Qu'est-ce qu'un porteur de message? Un messager; mais je ne vois pas en quoi le messager serait le message. Son boulot c'est de dissimuler, de soustraire à la vue la lumière (c'est pour cela qu'il louche) et ainsi faire tourner le 22 en bourrique (10) qui court pendu (12) derrière le 15 brandissant cette "lanterne ou torche"; le 22 prend le porteur pour la lumière: joli leurre, ce que le 22 attrape n'est ni plus ni moins que son ignorance.

Hors ligne

 

#72 23-09-12 01:56:32

Benoît
Membre Impératrice
Date d'inscription: 29-01-11
Messages: 11

Re: XV - LE DIABLE

Salut a vous tous,quivenez sue ce site !!!
Donc la conversation parle du diable....Tres interressant,tres tres interressant...
Chacun sa version,comme d'ailleurs sur toute les arcanes,comme d'ailleurs sur la maniere d'utiliser le tarot...

Laissez moi vous conter non pas ma version de cet arcane,mais plus large:le mystere du tarot...Oui pour vous je vais vous donner par amour pur envers vous,la finalité du tarot,vous reveler le grand mystere du tarot...La clé que tout le monde recherche,pour comprendre ,pour posseder ce jeu absolu.

beaucoup passent des années a chercher une comprehension du tarot,la plus profonde possible,certain y voient de l'occultisme pur,d'autre s'aide de la guematrie,d'autre superpose des images ou partie d'image sur d'autre pour trouver des tresors de mysteres a n'enplus finir,perso,j'y vois la bible en image,le chemin pour aller vers Dieu...
Bref,chacun son utilisation,chacun ses mysteres,chacun,ses sources pour le comprendre...

En fait,le vrai mystere du tarot,est dans le fait ....Qu'il n'y en a pas.Il n' y a rien,aucun mystere,aucun secret dans ces betes images ,et on mettrait des images de Mickey que ce serait exactement pareil:certain ne pourrait s'empecher d'aller chercher dans la cabbale de quoi se masturber l'esprit pour comprendre Donald et oncle Picsou.
Car les createurs du tarot doivent s'en payer une bonne tranche en nous voyant nous prendre la tete sur leurs creations...
C'est leurs but final:que l'on se penchent sur ces images.A reflechir sur elles memes,qu'en ressort il?Nous !L'interet du tarot reside dans le fait d'aiguiser notre esprit a se concentrer,finalement sur nous meme,et d'aller au plus profond de nous,le sens des lames est secondaire:l'important est de se concentrer sur elles,de les utiliser,de les manier....
Car petit a petit,on deplacera le centre de notre esprit vers le tarot,qui est un reflet de nous meme:un miroir,avec le temps,c'est notre esprit qui se purifiera,et c'est là le but....

Pour quoi intervient je ici et maintenant pour dire cela?
Car il s'agit de la place du diable,or qu'est ce qu ele diable,sinon le reflet de Dieu?Reflet,miroir,illusion....

Le tarot,comme tout d'ailleurs n'est que la representation psychique de ce que l'on est.Je peut dire le tarot(comme je le vois),c'est moi.
Au fil du temps,cette vision s'amplifie,est nourrie par notre volonté,nous meme,notre ego.
Or,le diable est la demonstration de la maniere dont l'ego vit a travers nous(sans pour autant retirer ce que dis Nojamandre).
Le diable est le reflet de nous meme dans le monde exterieur (le tarot),qui passe par nous ,mais qui n'est pas nous.
Comment cet ego vit en nous?Regarder la maniere dont vous vivez le tarot,dont vous le nourrissez,et vous comprendrez,que le tout n'est pas de comprendre,mais de vivre le tarot,de se pencher dessus.
Obligatoirement,soit on devient diable,soit on devient ange!

Soit on vit pour notre ego,soit on vit pour l'amour des autres.
Ce qui est curieux,c'est que cette questions nous est posée en 6,car 15,c'est 1+5,et 6,c'est 2*3,l'imperatrice.
L'imperatrice,c'est la saint trinité:au nomm du pere,du fils et du saint esprit .
C'est l'amour de Marie envers dieu au point de mettre bas un enfant toute seule(deja a cette epoque),et Jesus,le fruit physique de cette union avec Dieu.La volonté au service de l'amour,et Jesus apparait...
Que voulez vous de votre tarot?Votre volonté au service de votre amour ,et votre interpretation des arcanes apparait

Le 6 represente le chiffre de l'homme,un choix dans l'amoureux(qui aime t'on:dieu ou soi,(hein,eve,qui ecoutes tu?Le serpent ou la parole de dieu?),et en 15,comment cette energie en vous vit elle,d'abord dans quel sens nourrissez vous cette energie?

Cette finalité a surtout d'interet dans le sens ou finalement on peut dire n'importe quoi sur n'importe laquelle des lames.
Le tarot est avant tout un jeu...Ca c'est pour la langue des oiseaux que j'avais omies....

Ne regardez plus les lames,regardez vous regarder le tarot....
A+

Hors ligne

 

#73 23-09-12 12:28:32

Nojamandre
Nouveau / Nouvelle
Date d'inscription: 18-12-10
Messages: 162

Re: XV - LE DIABLE

Benoît a écrit:

La clé que tout le monde recherche,pour comprendre ,pour posseder ce jeu absolu.

Je suis assez d'accord avec l'idée de Alain Jacobs qui disait sur un autre post

Alain Jacobs a écrit:

Le Tarot est pour moi apolitique et sans religiosité.

et je ne vois donc pas comment on pourrait se l'approprier, l'utiliser certes mais pas le posséder, même si un certain Camoin a bien essayé de se prétendre "détenteur de l'authentique tarot" de part sa filiation.

Benoît a écrit:

Il n' y a rien,aucun mystere,aucun secret dans ces betes images ,et on mettrait des images de Mickey que ce serait exactement pareil:certain ne pourrait s'empecher d'aller chercher dans la cabbale de quoi se masturber l'esprit pour comprendre Donald et oncle Picsou.

Je suis en désaccord avec cette vision, car précisément LE DIABLE cherche à nous faire croire qu'il y a du sens là où il n'y en a précisément pas, et pendant qu'on épuise notre énergie à résoudre de FAUX problèmes, on ne résout pas les VRAIS puisqu'on les a perdus de vu. Ce que je veux dire c'est qu'aussi vraisemblable est une copie, elle ne sera jamais égale à l'original.
Ainsi donc, picsou, les lapins crétins, ou que sais-je encore ne saurait dégager quoique ce soit d'authentique sauf si on veut être vaniteux du latin vanitas "vide de sens" et que l'on veuille parler de tout pour dire n'importe quoi. C'est bien le rôle du 15 que de faire perdre le sens du réel au 22. Mais lorsqu'on use de la raison et qu'on devient capable, après un processus d'apprentissage à faire la distinction entre réalité et apparence de la réalité, de percevoir si une chose est vide de sens ou au contraire si elle est réellement porteuse de quelque chose avec laquelle on entre en vibration.
Pour être encore plus concret, si je prends un faux médicament trafiqué au lieu d'un vrai, car plus économique, est-ce que je vais avoir le même effet? Non, et je risque surtout d'aggraver ma maladie.

Benoî a écrit:

Car il s'agit de la place du diable,or qu'est ce qu ele diable,sinon le reflet de Dieu?Reflet,miroir,illusion.... Le tarot,comme tout d'ailleurs n'est que la representation psychique de ce que l'on est.

D'accord avec ça.

Benoî a écrit:

Je peut dire le tarot(comme je le vois),c'est moi.
Au fil du temps,cette vision s'amplifie,est nourrie par notre volonté,nous meme,notre ego

.
Le tarot c'est le tarot, on en est que l'utilisateur, je pense que ce serait une erreur que de s'identifier à lui. D'où l'importance de garder une part d'objectivité, merci LA JUSTICE.

Benoî a écrit:

[…]6,c'est 2*3,l'imperatrice.

15->1+5 ok car le 1 et le 5 se trouve bien dans le 15 mais 6 ça peut être plein de chose (1+2+3; 2+4; 1+5; 3+3; 2*3) lequel est le bon, tous?

Benoî a écrit:

C'est l'amour de Marie envers dieu au point de mettre bas un enfant toute seule(deja a cette epoque),et Jesus,le fruit physique de cette union avec Dieu.La volonté au service de l'amour,et Jesus apparait...

Et jésus apparaitra à la fin des temps, épousera Marie Madeleine et auront beaucoup d'enfants…Happy End. Pourquoi pas!

Benoî a écrit:

Cette finalité a surtout d'interet dans le sens ou finalement on peut dire n'importe quoi sur n'importe laquelle des lames.

Mais là encore celui qui s'en rend compte, peut aussi parler pour dire des choses cohérentes et sensés, oui c'est possible!

Hors ligne

 

#74 24-09-12 13:36:10

Chèvre
ma e baga
Date d'inscription: 24-06-09
Messages: 1647

Re: XV - LE DIABLE

Salut Benoit, Salut Nojamandre

Donc Benoit, tu dis que le Tarot est projectif, et qu'au fond c'est sa vertu principale, son rôle principal. Dans ce cas, comme tu le dis, des images de Picsou et Mickey ou autres seraient en effet tout aussi efficaces, puisque tout est dans l'oeil de celui qui regarde. Tu parles aussi beaucoup d'illusion, reflet, miroir... C'est bien ça que tu dis ? SVP rectifie si je me trompe.

Bon, mais si c'est bien ça que tu dis, que le Tarot n'est que jeu de projection et illusions, d'un autre côté je ne comprends pas ton arithmétique à base de 2 * 3 = 6 (l'amoureux), et 6 = 1+5 = 15 (le Diable) etc . Parce que : d'un côté tu dis que n'importe quelle image ferait l'affaire, de l'autre tu te livres à des calculs et du symbolisme sur la base des images qui sont bien là... Faudrait savoir !! (encore une fois, en cas d'erreur... Rectifie ! smile )

Que le Tarot soit projectif (c'est comme ça qu'on dit ?), autrement dit, qu'on se projette tant et plus sur les images, voire même qu'on s'identifie : ça parait clair.

Peut-être même que le Tarot est fait en partie pour cela : si, par exemple, cette projection de soi est une étape dans une évolution, ou un moyen d'évoluer. Cela ne signifie pas, pourtant, que le Tarot n'est que cela.

Tu dis que le Tarot est un jeu d'illusions : là aussi, d'accord avec toi, du moins en partie : oui, il est en partie ça. (les trompe-l'oeil abondent, en particulier, et bien des choses ne sont que suggérées ou esquissées, derrière d'autres choses, qui , bien que banales sont affichées, pour la façade, si l'on veut. Et ce n'est qu'un exemple, au niveau du visuel ; il y en a d'autres (les noms des cartes, par exemple, etc.).

Pour résumer, en partie d'accord avec toi, presque d'accord avec tout en fait, à l'exception de cette 'nuance' importante : tu dis que le Tarot n'est QUE ça, jeu d'illusion et de projection, tandis qu'à mon sens il est juste AUSSI ça - ce qui est déjà beaucoup!!  Et il est aussi moult autres choses.

La deuxième partie de ta dernière phrase ("Ne regardez plus les lames, regardez vous regarder le tarot....") est un conseil très précieux, à écrire en lettres d'or :

regardez vous regarder le tarot

( ... et pour ça... on a besoin du Tarot !) Merci du conseil !

à te lire

Dernière modification par Chèvre (24-09-12 16:13:30)

Hors ligne

 

#75 30-12-15 13:22:24

l'Errant
Membre Monde
Date d'inscription: 19-06-09
Messages: 1720
Site web

Re: XV - LE DIABLE

Histoire de réveiller le Diable (en nous), voici un extrait sulfureux des Demeures Philosophales de Fulcanelli, de quoi nous rabibocher avec Daimonax (qui comme je le lui ai déjà dit, s'arrête un peu court dans l'histoire) et avec notre hermétique Charly qui allait toujours trop loin, sans jamais en dire assez big_smile

les extraits (texte complet du tome 1 accessible en PDF sur Internet, mais je conseille la lecture des 3 ouvrages sous forme de livres papier) :

Sous la tradition biblique de la chute du premier homme, les philosophes ont, avec leur coutumière habileté, caché une vérité secrète d’ordre alchimique. C’est là, sans doute, ce qui nous vaut et permet d’expliquer les représentations d’Adam et d’Eve que l’on découvre sur quelques vieux logis de la Renaissance.../

/... Notons, en passant, que les scènes laïques de la tentation sont conformes à celles de l’iconographie religieuse. Adam et Eve s’y voient toujours séparés par le tronc de l’arbre paradisiaque. Dans la majorité des cas, le serpent, enroulé autour du tronc, est figuré avec une tête humaine ; c’est ainsi qu’il paraît sur un bas-relief gothique de l’ancienne Fontaine Saint-Maclou, dans l’église de ce nom, à Rouen, et sur une autre scène de grande dimension décorant un mur de la maison dite d’Adam et Eve, à Montferrand (Puy-de-Dôme), laquelle semble dater de la fin du XIVe siècle ou du commencement du XVe. Aux stalles de Saint-Bertrand-de- Comminges (Haute-Garonne), le reptile découvre un buste mamelé, pourvu de bras et d’une tête de femme. C’est également une tête féminine qu’expose le serpent de Vitré, sculpté sur l’arc en accolade d’une jolie porte du XVe siècle, rue Notre-Dame (pl. XIV). Par contre, le groupe en argent massif du tabernacle de la cathédrale de Valladolid (Espagne) reste dans la note réaliste le serpent y est représenté sous son aspect naturel et tient, de sa gueule largement ouverte, une pomme entre ses crochets.

Adamus, nom latin d’Adam, signifie fait de terre rouge ; c’est le premier être de nature, le seul d’entre les créatures humaines qui ait été doué des deux natures de l’androgyne. Nous pouvons donc le considérer, au point de vue hermétique, comme la matière basique jointe à l’esprit dans l’unité même de la substance créée, immortelle et perdurable. Mais dès que Dieu, selon la tradition mosaïque, fit naître la femme en individualisant, dans des corps distincts et séparés, ces natures primitivement associées en un corps unique, le premier Adam dut s’effacer, se spécifia en perdant sa constitution originelle et devint le second Adam, imparfait et mortel. L’Adam principe, dont nous n’avons jamais découvert nulle part aucune figuration, est appelé par les Grecs "Αδαμος ou "Αδαμας mot qui désigne, sur le plan terrestre, l’acier le plus dur, employé pour Αδαμαστος, c’est-à-dire indomptable et encore vierge (des racines α, privatif, et δαμαω, dompter), ce qui caractérise bien la nature profonde du premier homme céleste et du premier corps terrestre, comme étant solitaires et non soumis au joug de l’hymen. Quel est donc cet acier nommé αδαμας, dont les philosophes parlent tant ? Platon, dans son Timée, nous en donne l’explication suivante.
« De toutes les eaux que nous avons appelées fusibles, dit-il, celle qui a les parties les plus ténues et les plus égales ; qui est la plus dense ; ce genre unique dont la couleur est un jaune éclatant ; leplus précieux des biens, l’or enfin, s’est formé en se filtrant à travers la pierre. Le noeud de l’or, devenu très dur et noir à cause de sa densité, est appelé adamas. Un autre corps, voisin de l’or poux la petitesse des parties, mais qui a plusieurs espèces, dont la densité est inférieure à la densité de l’or, qui renferme un faible alliage de terre très ténue, ce qui le rend plus dur que l’or, et qui est en même temps plus léger, grâce aux pores dont sa masse est creusée, c’est une de ces eaux brillantes et condensées qu’on nomme l’airain. Lorsque la portion de terre qu’il contient s’en trouve séparée par l’action du temps, elle devient visible par elle-même et on lui donne le nom de rouille. »
Ce passage du grand initié enseigne la distinction des deux personnalités successives de l’Adam symbolique, lesquelles sont décrites sous leur expression minérale propre de l’acier et de l’airain. Or, le corps voisin de la substance adamas, - noeud ou soufre de l’or, - est le second Adam, considéré dans le règne organique comme le père véritable de tous les hommes, et dans le règne minéral comme agent et procréateur des individus métalliques ou géologiques qui le constituent.
Ainsi apprenons-nous que le soufre et le mercure, principes générateurs des métaux, ne furent à l’origine qu’une seule et même matière ; car ce n’est que plus tard qu’ils acquirent leur individualité spécifique et la conservèrent dans les composés issus de leur union. Et quoique celle-ci soit maintenue par une puissante cohésion, l’art peut néanmoins la rompre et isoler le soufre et le mercure sous la forme qui leur est particulière. Le soufre, principe actif, est désigné symboliquement par le second Adam, et le mercure, élément passif, par sa femme Eve. Ce dernier élément ou mercure, reconnu comme le plus important, est aussi le plus difficile à obtenir dans la pratique de l’ouvre. Son utilité est telle que la science lui doit son nom, puisque la philosophie hermétique est fondée sur la connaissance parfaite du Mercure, en grec `Ερμης. C’est ce qu’exprime le bas-relief qui accompagne et limite le panneau d’Adam et Eve sur la maison du Mans. On y remarque Bacchus enfant, pourvu du thyrse, la main gauche cachant l’ouverture d’un pot, et debout sur le couvercle d’un grand vase décoré de guirlandes. Or, Bacchus, divinité emblématique du mercure des sages, incarne une signification secrète semblable à celle d’Eve, mère des vivants. En Grèce, toute bacchante était dite Ευα, Eve, mot qui avait pour racine Ευιος, Evius, surnom de Bacchus. Quant aux vaisseaux destinés à contenir le vin des philosophes, ou mercure, ils sont assez parlants pour nous dispenser d’en mettre en relief le sens ésotérique.
Mais cette explication, quoique logique et conforme à la doctrine, est pourtant insuffisante à fournir la raison de certaines particularités expérimentales et de quelques points obscurs de la pratique. 1 est indiscutable que l’artiste ne saurait prétendre à l’acquisition de la matière originelle, c’est-à-dire du premier Adam « formé de terre rouge », et que le sujet des sages lui-même, qualifié première matière de l’art, est fort éloigné de la simplicité inhérente à celle du second Adam. Ce sujet est cependant, et proprement la mère de l’oeuvre, comme Eve est la mère des hommes. C’est elle qui dispense aux corps qu’elle enfante, ou plus exactement qu’elle réincrude, la vitalité, la végétabilité, la possibilité de mutation. Nous irons plus loin et dirons, à l’adresse de ceux qui ont déjà quelque teinture de science, que la mère commune des métaux alchimiques n’entre point en substance dans le Grand ouvre, bien qu’il soit impossible, sans elle, de rien produire ni de rien entreprendre. C’est, en effet, par son entremise, que les métaux vulgaires, véritables et seuls agents de la pierre, se changent en métaux philosophiques ; c’est par elle qu’ils sont dissous et purifiés ; c’est en elle qu’ils retrouvent et reprennent leur activité perdue, et, de morts qu’ils étaient, redeviennent vivants ; c’est elle la terre qui les nourrit, les fait croître, fructifier, et leur permet de se multiplier ; c’est, enfin, en retournant dans le sein maternel qui les avait jadis formés et mis au jour, qu’ils renaissent et recouvrent les facultés primitives dont l’industrie humaine les avait privés. Eve et Bacchus sont les symboles de cette substance philosophale et naturelle, - non cependant première dans le sens de l’unité ou de l’universalité, - communément appelée du nom d’Hermès ou de Mercure. Or, on sait que le messager ailé des dieux servait d’intermédiaire entre les puissances de l’Olympe et jouait, dans la mythologie, un rôle analogue à celui du mercure dans le labeur hermétique. On comprend mieux ainsi la nature spéciale de son action, et pourquoi il ne demeure pas avec les corps qu’il a dilués, purgés et animés. Et l’on saisit de même dans quel sens il convient d’entendre Basile Valentin, lorsqu’il assure que les métaux sont des créatures deux fois nées du mercure, enfants d’une seule mère, produits et régénérés par elle. Et l’on conçoit mieux, d’autre part, où gît cette pierre d’achoppement que les philosophes ont jetée à travers le chemin, lorsqu’ils affirment, d’un commun accord, que le mercure est l’unique matière de l’ouvre, alors que les réactions nécessaires sont seulement provoquées par lui, ce qu’ils ont dit soit par métaphore, soit en le considérant d’un point de vue particulier.
Il n’est pas inutile non plus d’apprendre que, si nous avons besoin du ciste de Cybèle, de Cérès ou de Bacchus, c’est seulement parce qu’il renferme le corps mystérieux qui est l’embryon de notre pierre ; s’il nous faut un vase, ce n’est que pour y placer le corps, et personne n’ignore que, sans une terre appropriée, toute graine deviendrait inutile. Ainsi ne pouvons-nous nous passer de vaisseau, quoique le contenu soit infiniment plus précieux [222] que le contenant, celui-ci étant voué, tôt ou tard, à se séparer de celui-là. L’eau n’a aucune forme en soi, bien qu’elle soit susceptible de les épouser toutes et de prendre celle du récipient qui la contient. Voilà la raison de notre vase et de sa nécessité, et pourquoi les philosophes l’ont tant recommandé comme le véhicule indispensable, `l’excipient obligé de nos corps. Et cette vérité trouve sa justification dans l’image de Bacchus enfant dressé sur le couvercle du vaisseau hermétique.
De ce qui précède, il importe surtout de retenir que les métaux, liquéfiés et dissociés par le mercure, retrouvent le pouvoir végétatif qu’ils possédaient au moment de leur apparition sur le plan physique. Le dissolvant fait en quelque sorte pour eux l’office d’une véritable fontaine de Jouvence. Il en sépare les impuretés hétérogènes importées des gîtes métallifères, leur ôte les infirmités contractées au cours des siècles ; il les ranime, leur donne une vigueur nouvelle et les rajeunit. C’est ainsi que les métaux vulgaires se trouvent réincrudés, c’est-à-dire remis dans un état voisin de leur état originel, et dès lors qualifiés de métaux vivants ou philosophiques. Or, puisqu’ils reprennent, au contact de leur mère, leurs facultés primitives, on peut assurer qu’ils se sont rapprochés d’elle et ont pris une nature analogue à la sienne. Mais il est évident, d’autre part, qu’ils ne sauraient, par suite de cette conformité de complexion, engendrer de nouveaux corps avec leur mère, celle-ci ayant seulement une puissance rénovatrice et non pas génératrice. D’où l’on doit conclure que le mercure dont nous parlons, et qui a pour figure l’Eve de l’Éden mosaïque, n’est pas celui que les sages ont désigné comme étant la matrice, le réceptacle, le vase convenable au métal réincrudé, qualifié [223] soufre, soleil des philosophes, semence métallique et père de la pierre.
Qu’on ne s’y laisse pas tromper ; c’est ici le noeud gordien de l’ouvre, celui que les débutants doivent s’évertuer à dénouer s’ils ne veulent être arrêtés court au commencement de la pratique. Il existe donc une autre mère, fille de la première, à laquelle les maîtres, dans un but facile à deviner, ont également imposé la dénomination de mercure. Et la différenciation de ces deux mercures, l’un agent de rénovation, l’autre de procréation, constitue l’étude la plus ingrate que la science ait réservée au néophyte. C’est avec le dessein de l’aider à franchir cette barrière, que nous nous sommes étendu sur le mythe d’Adam et Eve, et que nous allons tenter d’éclairer ces points obscurs, volontairement laissés dans l’ombre par les meilleurs auteurs mêmes. La plupart d’entre eux se sont contentés de décrire allégoriquement l’union du soufre et du mercure, générateurs de la pierre, qu’ils nomment soleil et lune, père et mère philosophiques, fixe et volatif, agent et patient, mâle et femelle, aigle et lion, Apollon et Diane (dont quelques-uns ont fait Apollonius de Tyane), Gabritius et Beya, Urim et Thumim, les deux colonnes du temple : Jakin et Bohas, le vieillard et la jeune vierge, enfin, et de manière plus exacte, le frère et la saur. Car ils sont réellement frère et soeur, tenant chacun leur être d’une mère commune, et redevables de la contrariété de leurs tempéraments plutôt à la différence d’âge et d’évolution qu’à l’écart de leurs affinités.

L’auteur anonyme de l’Ancienne Guerre des Chevaliers, dans un discours qu’il fait prononcer par le métal réduit en soufre sous l’action du premier mercure, enseigne que ce soufre a besoin d’un second mercure, avec lequel il doit être conjoint afin de multiplier son espèce. « Parmi les artistes, dit-il, qui ont travaillé avec moy, certains ont poussé leurs travaux si loin, qu’ils sont venus à bout de séparer de moy mon esprit, qui contient ma teinture ; en sorte que, le mêlant à d’autres métaux et minéraux, ils sont parvenus à communiquer quelque peu de mes vertus et de mes forces aux métaux qui ont quelque affinité et quelque amitié avec moy. Cependant, les artistes qui ont réussi par cette voye et qui ont trouvé sûrement une partie de l’art sont véritablement en très-petit nombre. Mais comme ils n’ont pas connu l’origine d’où viennent les teintures, il leur a esté impossible de pousser leur travail plus loin, et ils n’ont pas trouvé au bout du compte qu’il y eust une grande utilité dans leur procédé. Mais si ces artistes avoient porté leurs recherches au-delà, et qu’ils eussent bien examiné quelle est la femme qui m’est propre, qu’ils l’eussent cherchée et qu’ils m’eussent uni à elle, c’est alors que j’aurois pû teindre mille fois davantage. » Dans l’Entretien d’Eudoxe et de Pyrophile, qui sert de commentaire à ce traité, Limojon de Saint-Didier écrit à propos de ce passage : « La femme qui est propre à la pierre et qui doit lui estre unie est cette fontaine d’eau vive dont la source, toute céleste, qui a particulièrement son centre dans le soleil-et dans la lune, produit ce clair et précieux ruisseau des Sages, qui coule dans la mer des philosophes, laquelle environne tout le monde. Ce n’est pas sans fondement que cette divine fontaine est appelée par cet autheur la femme de la pierre ; quelques-uns l’ont représentée sous la forme d’une nymphe céleste ; quelques autres luy donnent le nom de la chaste Diane, dont la pureté et la virginité n’est point souillée par le lien spirituel qui l’unit à la pierre. En un mot, cette conjonction magnétique est le mariage magique du ciel avec la terre, dont quelques philosophes ont parlé ; de sorte que la source seconde de la teinture physique, qui opère de si grandes merveilles, prend naissance de cette union conjugale toute mystérieuse. »
Ces deux mères, ou mercures, que nous venons de distinguer, figurent sous l’emblème des deux coqs dans le panneau de pierre situé au second étage de la maison du Mans. Ils accompagnent un vase rempli de feuilles et de fruits, symbole de leur capacité vivifiante, génératrice et végétable, de la fécondité et de l’abondance des productions qui en résultent. De chaque côté de ce motif, des personnages assis, - l’un soufflant dans un cor, l’autre pinçant une sorte de guitare, - exécutent un duo musical. C’est la traduction de cet Art de musique, - épithète conventionnelle de l’alchimie, - auquel se rapportent les divers sujets sculptés sur la façade.
Mais avant de poursuivre l’étude des motifs de la maison d’Adam et Eve, nous croyons devoir prévenir le lecteur que, sous des termes très peu voilés, notre analyse renferme la révélation de ce qu’il est convenu d’appeler le secret des deux mercures. Notre explication, toutefois, ne saurait résister à l’examen, et quiconque se donnera la peine de la disséquer, y rencontrera certaines contradictions, erreurs manifestes de logique ou de jugement. Or, nous reconnaissons loyalement qu’il n’existe qu’un seul mercure à la base, et que le second dérive nécessairement du premier. Il convenait cependant d’appeler l’attention sur les qualités différentes qu’ils affectent, et faire en sorte de montrer, - fût-ce au prix d’une entorse à la raison ou d’une invraisemblance, - comment on peut les distinguer, les identifier, et comment il est possible d’extraire, directement, la propre femme du soufre, mère de la pierre, du sein de notre mère primitive. Entre le récit cabalistique, l’allégorie traditionnelle et le silence, nous n’avions pas à choisir. Notre but étant de venir en aide aux travailleurs peu familiarisés avec les paraboles et les métaphores, l’emploi de l’allégorie et de la cabale, nous était interdit. Eût-il mieux valu agir comme beaucoup de nos prédécesseurs et ne rien dire ? Nous ne le pensons pas. A quoi servirait d’écrire, sinon pour ceux qui savent déjà et n’ont que faire de nos conseils ? Nous avons donc préféré fournir, en langage clair, une démonstration ab absurde, grâce à laquelle il devenait possible de dévoiler l’arcane demeuré jusqu’ici obstinément caché. Le procédé, d’ailleurs, ne nous appartient pas. Que les auteurs, - et ils sont nombreux, - chez lesquels on ne remarque point de semblables discordances, nous jettent la première pierre !

Dernière modification par l'Errant (30-12-15 13:23:09)


Autour De Celui Qui Sait S’emerveiller, Eclosent Les Merveilles. La Plus Grande Merveille Est – L’homme.
"Les dialogues avec l'ange"

Hors ligne

 


Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr
Maintenance : DR Création
Hébergement du site assuré par : DR Création